Maryaje-mariage

Sérémoni maryaj sivil
Cérémonie du mariage civil


 

Mesdames, Messieurs, nous allons procéder au mariage de :
Mademoiselle « X » et Monsieur « Y »
Messieur(s) et dame(s), n’i (nou) sar fé le cérémonie mariage
Madame « X » ec Monsieur Y.

Mais auparavant, Nous devons vous donner, Mademoiselle, Monsieur,
lecture des articles du Code Civil qui vous concernent.
Mé-soman, avant ça, i faut mi lire, Madame X, Monsieur Y,
bann larticl’ le « Code civil » lé important pou zot deux. 

ARTICLE 212 : « Les époux se doivent mutuellement, respect, fidélité, secours, assistance ».
LARTIC 212 : La femme ec le mari i doit respect’ inn-é-lot. Zot i doit êt fidèle, donne la main, porte secours inn-é-lot..

ARTICLE 213 : « Les époux assurent ensemble la direction morale et matérielle de la famille. Ils pourvoient à l’éducation des enfants et préparent leur avenir ».
LARTIC 213 : « Ensemb’, la femme ec le mari i amène la famille dann chemin droite. Zot i décide ensemb’ la manière i fé vive le ménage. Ensemb’ zot i fé pousse droite zot zenfant, zot i amontr’ bien zot zenfant, zot i prépare lavenir banna. »

ARTICLE 214 : « Si les conventions matrimoniales ne règlent pas la contribution des époux aux charges du mariage, ils y contribuent à proportion de leurs facultés respectives ».
LARTIC 214 : « Si dann contrat le mariage lé pas prévu koça la femme ec le mari i amène dans la case pou fé viv la famille, chaquène i amène selon son moyen.

 ARTICLE 215 : « Les époux s’obligent mutuellement à une communauté de vie ».
(La résidence de la famille est au lieu qu’ils choisissent d’un commun accord.)
LARTIC 215 : La femme ec le mari i fé la promesse vive ensemb’.
(Zot i mette daccord quel landroit la famille lé pou resté.)

ARTICLE 371-1 : « L’autorité parentale est un ensemble de droits et de devoirs ayant pour finalité l’intérêt de l’enfant. Elle appartient aux père et mère jusqu’à la majorité ou l’émancipation de l’enfant pour le protéger dans sa sécurité, sa santé et sa moralité, pour assurer son éducation et permettre son développement, dans le respect dû à sa personne. Les parents associent l’enfant aux décisions qui le concernent, selon son âge et son degré de maturité ».
LARTIC 371-1 : «Lautorité parentale, ça in bann droit ec lobligation lé fé pou le zenfant li-même. Le papa ec le manman néna Lautorité-la jisquà lheure qu’ le zenfant i gaingne son majorité, sauf si la loi i donne le zenfant, en avance, le droit décide pou son prop vie par li-même. Lautorité parentale, ça lé fé pou aveille dessus le zenfant, dessus son sécurité, son santé, son droiture (variante : son moralité). Ça lé fé pou donne le zenfant in bon léducation, fé grandir ali comme-qui-faut, ec le respect i doit ali. Le manman ec le papa, selon lâge le zenfant, le degré d’ raisonnab li la fine arrivé, i fé rentr ali en part dann décision i regarde ali.

Les futurs époux ont déclaré :
Bann marié à prétann la déclare:

– « Qu’il n’a pas été fait de Contrat de Mariage ».
– Zot la pa fé contrat mariage

– « Qu’un Contrat de Mariage a été reçu le ….. ».
– Zot la fé in contrat mariage …

 Après cette lecture, le Maire s’adressant aux époux, leur dit :
X (prénoms et nom de la future épouse), consentez-vous à prendre
pour époux (prénoms et nom du futur époux) ?
Le maire : Monsieur Y ou lé d’accord pou marié ec Madame X ?

« OUI »

Y (prénoms et nom du futur époux), consentez-vous à prendre pour épouse (prénoms et nom de la future épouse) ?
Le maire : Madame X ou lé d’accord pou marié ec Monsieur Y ?

« OUI »

 « Au nom de la loi, je déclare Mademoiselle « X » et Monsieur « Y » unis par le mariage ».
Le maire : Par la loi, mi déclare zot deux mari ec femme marié ensemb’. 

 Et maintenant, Nous allons vous demander de prendre connaissance de l’acte qui consacre votre union.
Astér, ni demande azot prande connaissance lacte zot mariage.

Linformasyon dessi la possibilité
maryé 
an kréol (rényoné)

Information sur la possibilité
de se marier en créole (réunionnais)

Komine X
linformasyon dessi maryaz
an lang kréol, sinonsa an français, ou bien dan lé 2 lang 

La komine X i réspèkt toute bann lang demoune i koz ,
an premié le 2 prinsipal lang pou La Rényon : kréol rényoné èk fransé.

Pou samème, selon sak le 2 fitir i désside, i pé fé :
1. Zot maryaz an kréol rényoné ;
2. Zot maryaz an biling kréol rényoné-fransé ;
3. Zot maryaz toute an fransé.
La pa bezoin plus zot i di lanploiyé l’État-Civil kosa zot i choizi.
(Toute maniére, pou k’ li lé légal, lakt’ maryaz i rèst an fransé)

La commune X respecte toutes les langues, en particulier
nos deux langues principales : le créole réunionnais et le français.
Pour cette raison elle fera, selon le désir des futurs époux :
Leur mariage en créole réunionnais ;
Leur mariage dans les deux langues.
Leur mariage en français. 

Il suffit pour cela de dire son choix à l’employé de l’Etat-Civil.
(Dans tous les cas, pour de raisons de légalité, l’acte de mariage sera rédigé en français)