4 Manièr ékrir jordi

Lékritir konm en fransé :

LI èsèye suiv, pou le kréol rényoné, lékritir le fransé.
In passaz Daniel Honoré, Louis Redona (Editions : Les chemins de la Liberté, 1980) la transkri an étimolozik :
« Ti Louis n’a n’a ein liv’ si la nourritire en France : la-dans y parle do vin, fromaze, tout ça la…L’est itile, parce que souvent des fois, nana d’diskission ent’ band’ normaliens si quel vin y convient mié ec la viand’ rouz ou sans ça ec poisson, si quel fromaze y va mié avec tel-tel plat.
Diskission ent’ normaliens (en dehors la classe même, la plipart c’est d’ martins-ki-cousis et za-mais z’aut’ i rouv’ z’aut’ guèle) lo diskission donc, en dehors, y manque pas. Lo diskission qui enflamme z’aut’ l’esprit, c’est l’auto, la bagnole. »

L’écriture francisée

Partons de quelques vers d’un poème de Louis Héry, dont l’écriture peut être considérée comme un exemple de graphie francisée malgré la grande variabilité de cette dernière :

Ein maman caill’ dans n’foutac saint’ Sizanne
Proç li coin d’ein çamp d’riz l’était cacièt son nid.
L’était tout au bord la savanne,
Mais di riz dépass’ mir. Par malhèr, çaq’ pitit
L’était encore et tout tendre et tout ni.
Pa Zozoq’ li maîtr’ di plantaze,
Vient guett’ son riz, li soir après l’ouvraze.
«Ah ! soupelet ! bon Dié ! mon di riz l’est perdi…

Pour tout le lexique (et la grammaire) l’auteur reproduit (autant que cela lui est possible) l’orthographe du français : çamp, riz, malhèr’, savanne…
Le premier qui, à notre connaissance, ait réfléchi à cette écriture est Volsy Focard.

Lékritir 77 :

I ékrir konm i pronons.I ésèye pa kontredir lékritir le fransé. I baz desi kréol lé-ba.

In pasaz Daniel Honoré, Louis Redona, la transkri an 77 :
« Ti Loui nana in liv si la nouritir an France : ladan i parl dovin, fromaz, tousala…Lé itil, pars souvandéfoi, nana d’diskision rant bann normalien si kèl vin i konvien mié èk la viann rouz ousansa èk poison, si kèl fromaz i va mié avèk tèl-tèl pla.
Diskision rant normalien (an déor la klas minm, la plipar sé d martin-ki-kouzi é zamé zot i rouv’ zot gèl) lo diskision donk, an déor, i mank pa. Lo diskision i anflam zot léspri, sé loto, la baniol. »

Lékritir 77

Elle n’est pas la première écriture phonologique proposée pour le créole réunionnais, d’autres l’avaient été avant, par “ Bardzour Maskarin ” de Boris Gamaleya (1974), “ Zistoir Kristian ” (Janvier 1977). Mais lékritir 77 est le résultat d’un accord, ce qui n’a pas été le cas des graphies précédentes et des suivantes jusqu’à la 2001 (exclue).
Il s’agit bien d’une écriture très largement “phonétique” (phonologique). Tout se prononce 1: “ bat ” doit se lire /bat/ (fr. “ batte ”). “ Sant ” : /sant/ ( fr. “ sente ”, ou “ chante ”).
Ce n’est pas non plus une écriture de la déviance pour la déviance : la presque totalité des solutions adoptées ne sont pas en contradiction avec celles du français : Pour transcrire /ou/, ce n’est pas “u” qui a été choisi mais “ou”.
Il faut ajouter que le “ e ” muet n’y est pas totalement abandonné : one (par exemple dans “bonbone”), “ ine ” (dans “ fine ” par exemple ). Le son “ ye ” [j], n’a pas été transcrit par “ j ”, mais par “ y ” comme, fréquemment, en français. A l’intérieur d’une syllabe, après consonne, le son “ ye ” est écrit “ i ” : “ pié ”, “ soulié ”. Dans cette écriture le “ W ” n’existe pas.

1 Rappelons qu’il y a deux voies possibles pour la lecture: l’une directe ne passant pas par la prononciation, la plus rapide; l’autre indirecte obligeant à prononcer, la plus lente et la moins confortable.

Lékritir 83/KWZ 

I ékrir konm i pronons. I pran maksimom distans ek lékritir le fransé. I baz desi kréol lé-ba.

In pasaz Daniel Honoré, Louis Redona, la transkri an KWZ :

« Ti Lwi nana in liv si la nouritir an France : ladan i parl dovin, fromaz, tousala…Lé itil, pars souvandéfwa, nana d’diskisyon rant bann normalyin si kèl vin i konvyin myé èk la vyann rouz ousansa èk pwason, si kèl fromaz i va myé avèk tèl-tèl pla.

Diskisyon rant normalyin (andéor la klas minm, la plipar sé d martin-ki-kouzi é zamé zot i rouv zot gèl) lo diskisyon donk, an déor, i mank pa. Lo diskisyon i anflam zot léspri, sé loto, la banyol. »

KWZ – 1983

Cette écriture est, au départ, issue du travail d’universitaires français de la Sorbonne.
Créée pour le créole haïtien, elle est passée aux petites Antilles puis à la Réunion par deux biais différents :
Celui de François Saint-Omer qui, à Paris, a fréquenté un certain nombre d’Antillais ;
Celui d’Alain Armand, qui, étudiant à l’université de la Réunion, à l’époque, a été influencé par la déviance maximale de certains Antillais.

KWZ se distingue de Lékritir 77 : le “w” et le “y” sont introduits en semi-voyelle – exemples : atwé (que 77 note atoué), pyé (pié en 77). Le “ gn ” disparaît : siny (singn en 77), konyé (77 : kongné), de même “ ui ” : la nwit (77 : la nuit). /in/ s’écrit toujours “ in ” : konbyin (77 : konbien).

KWZ n’est pas pour autant une graphie de la déviance totale : il garde des solutions françaises  : an, on, in, qui ne sont pas abandonnés au profit de ã, õ…

Lékritir Tangol 

I ékrir konm i pronons. I ésèye réspèk bann varyété la lang rényoné . Lé pli toléran.

In pasaz Daniel Honoré, Louis Redona la transkri an tangol :

« Ti Loui nana in liv sï la nouritïr an France : la-dan i parl dovin, fromaj, toussala… Lé ïtil, pars souvandé-foi, nana d’diskïssion rant bann normalien sï kèl vin i konvien mië èk la viann rouj oussansa èk poisson, sï kèl fromaj i va mië avèk tèl-tèl pla.

Diskïssion rant normalien (an déor la klasse minm, la plïpar sé d martin-kï-kouzï é jamé zot i rouv’ zot guël) lo diskïssion donk, an déor, i mank pa. Lo diskïssion i anflame zot léspri, sé loto, la baniol. »

Lékritïr 2001

1. C’est une graphie “phonétique”.
2. Elle revient à toutes les propositions de 77 que KWZ avait remis en cause : sièl (KWZ : syèl), suiv (KWZ : swiv), kroi (KWZ : krwa), tienbo (KWZ : tyinbo).
3. Elle propose toute une série de tolérances : dézord ou dézorde ; lam ou lame ; kap ou kape
3. Elle se veut au dessus des “variétés” de créole : le graphème (la lettre) : ï, pourrait se lire à voix haute /i/ ou /u/ ou un son intermédiaire entre les deux. “Sh” “couvrirait toute une gamme de sons allant de /s/ à /ch/.