Un réel besoin

Pourquoi créer L’Office
de Langue Créole de la Réunion ?

Les préjugés à l’endroit de la langue créole de la Réunion (et des autres langues créoles) sont encore nombreux, même si les choses évoluent favorablement.

Par exemple, en 1999, un sondage IPSOS pour le Journal de l’Île de la Réunion, montrait que, bien que majoritaires, les partisans du créole à l’école ne représentaient que 47,3 % de la population de plus de 15 ans, et que ceux qui étaient contre l’enseignement du créole (une forte minorité : 42,7%) développaient une large brochette de préjugés.

contre CréoleEcole (Sondage IPSOS-JIR)

Depuis, grâce au travail considérable de nombreux artistes, de militants de la langue, de nombreux intellectuels, grâce à Lofis même, la situation a évolué favorablement comme le montre deux autres sondages IPSOS réalisés pour la Région Réunion (voir les Réunionnais amoureux de leur langue créole). Il n’empêche que des outils au service de la préservation, du développement, de la valorisation, de la reconnaissance de la langue créole de la Réunion étaient et restent nécessaires. Lofis la lang kréol La Rényon se veut être un de ces outils-là.

Site2015,01 A3 PréjugéscontreCréoleLEcole (Sondage IPSOS-JIR)

Site2015,01 A4 Dépliant Les Réunionnais amoureux de leur langue créole