Présentation du projet

Kosa i lé in komine biling ?

Une commune bilingue créole réunionnais-français est une commune qui désire s’engager dans la démarche du bilinguisme créole réunionnais-français. Pour cela, elle a adopté la Charte de la commune bilingue  proposée par Lofis la lang kréol La Rényon et met en œuvre, parmi une liste proposée par Lofis, un certain nombre de mesures pour la valorisation du bilinguisme en particulier dans son pendant créole.
Ces mesures sont destinées à :

• Mettre les  créolophones réunionnais (surtout les unilingues) davantage à l’aise
vis à vis des services municipaux ;

• Permettre à tous les administrés de la commune d’être plus en accord
avec l’administration municipale ;

• À chaque Réunionnais de la commune de se sentir mieux dans son  identité.

C’est aussi, bien entendu, une façon de valoriser, dans un service public, la langue créole de la Réunion, sans aucunement rejeter le français. Le programme “Komine biling” contribue aussi à la reconnaissance de la dualité de l’identité réunionnaise.

C’est un projet tolérant : parmi vingt-deux actions proposées par Lofis, la commune choisit celles qu’elle veut mettre en œuvre,  elle  choisit sa variété de créole réunionnais, sa façon d’écrire notre créole. Et surtout, l’administré reste totalement libre, à tous les niveaux de choisir, à l’oral, une langue ou les deux. A l’écrit, c’est le français qui est légalement reconnu.

C’est un projet pour une plus grande démocratie ! Certains élus, bien que possédant le français, se sentent plus à l’aise en créole pour s’exprimer.

C’est un projet bien rodé : tous les textes nécessaires sont prêts pour le vote en conseil municipal, pour l’extrait conforme, et le texte même de la charte.

C’est aussi un projet totalement gratuit vis à vis de Lofis qui n’exige rien de la commune bilingue. D’autre part, la plupart des mesures préconisées ne coûtent rien ou bien peu à la commune.

Historique

C’est du programme d’action de l’Office de la langue bretonne (aujourd’hui : Ofis publik ar brezhoneg) qu’est venue au président de Lofis la Lang Kréol La Rényon, à Lofis dans son ensemble, l’idée de proposer aux municipalités de la Réunion une charte de la commune bilingue. Sur le site breton on trouve un programme de promotion de la langue bretonne celtique  (“Ya d’ar brezhoneg”, datant de 2001) dont Lofis La Rényon s’est largement inspiré. Avec – différence fondamentale – une adaptation à nos spécificités, et en point de mire, non seulement le créole réunionnais, mais la recherche d’un bilinguisme équilibré.

L’élément déclenchant du programme “komine biling” par Lofis a été le premier mariage en créole, célébré en 2006, dans la commune de Saint-Paul par le maire de l’époque Alain Bénard. A cette occasion, Lofis a traduit en créole réunionnais les articles du code civil concernant le mariage.

Deux ans après, Lofis propose son programme “komine biling” aux vingt-quatre municipaltés de la Réunion,  quelle que soit leur majorité politique.

Les premières communes à avoir adhéré à cette charte sont l’Entre-Deux (le 28 octobre 2009) et Le Port (le 6 novembre 2009).

Aujourd’hui huit communes ont signé la charte bilingue : L’Entre-Deux, Le Port, Saint-Joseph, Saint-Denis, Saint-Paul, Saint-André, La Possession, Saint-Louis.

 

Maryaz Daniel ek Florans

Dates fondamentales

→ 3 mars 2006 : création de Lofis la lang kréol La Rényon

27 octobre 2006 : premier mariage célébré en créole
réunionnais à Saint-Paul

→ 30 mai 2008 : lancement du projet commune bilingue

→ 28 octobre 2009 : L’Entre-Deux

→ 6 novembre 2009 : Le Port

→ 9 septembre 2010 : Saint-Joseph

→ 28 octobre 2010 : Saint-Denis

→ 28 octobre 2010 : Saint-Paul

→ 21 février 2013 : Saint-André

→ 24 septembre 2014 : Saint-Louis

→ 16 octobre 2014 : La Possession